42-Les médecines complémentaires à l'hôpital

Les médecines complémentaires à l'hôpital
€ 14,00
Frais d'envoi inclus

Table des matières

EDITORIAL
EN THEORIE

Le moment est venu d'être modeste, par Ph. Pignarre;
Les usages des "médecines non conventionnelles" par les patients : quelques cas de figure, par S. Carbonnelle
EN PRATIQUE :
Question d'éthique que pose l'utilisation de l'hypnose comme technique anesthésique, par Dr. M-E. Faymonville;
Hypnose et soins palliatifs en milieu hospitalier, par Dr. M-J. Jacob et D. Mathieu;
Médecins non conventionnelles dans les institutions de soins ?, par Dr. P. Leroux et Dr. M. Van Wassenhoven;
Introduction de techniques manuelles en milieu hospitalier, par B. Hontoir;
Soulager le patient et le soignant par le toucher ?, par A. Scarpinati;
Acupuncture à l'hôpital, par M-Cl. Pierret;
Techniques d'accompagnement des personnes âgées et des personnes âgées désorientées : limites et perspectives. Une culture d'institution en perpétuelle évolution, par V. Lotto, S. Capart, N. Lefèvre
DEBAT HORS THEME : LA REANIMATION NEONATALE
L'arrêt de traitement et l'arrêt de vie en milieu hospitalier pédiatrique, par Dr. J-P. Langhendries;
L'arrêt de vie en réanimation néonatale est-il une décision étique ?, par Dr. D. Oriot
RECENSIONS :
Soignenr à tout casser. La dignité de la personne à l'épreuve de la psychiatrie lourde, par Véra Netelzang, Clara Frost;
J'ai rencontré des vivants. Ouverture au spirituel dans le temps de la maladie, par Guilbert Terlinden

Editorial

Les médecines dites non-conventionnelles auront-elles un jour une place officielle dans les institutions de soins ? Le sujet semble rester tabou. Pourtant, même si elle est lente, l’évolution des mœurs et des pratiques est irrésistible. En Belgique, par exemple, elle est soutenue par le droit : la loi du 24 juin 1999 en faveur des médecines non-conventionnelles d’une part est en cours d’application, les droits du patient d’autre part consacrent la liberté de choisir son traitement. Le remboursement par les mutuelles de certaines pratiques ou médications non-conventionnelles conforte cette reconnaissance encore timide. Il n’y a dès lors rien d’étonnant à voir les médecines complémentaires faire discrètement leur apparition dans les institutions de soins (hôpitaux et maisons de repos).

Lire la suite de l'éditorial

Back to Top