87-Peut-on (se) soigner sans prendre des risques ?

Peut-on (se) soigner sans prendre des risques ?
€ 15,00
Frais d'envoi inclus

Table des matières

Editorial : J.-M. Longneaux

AU FOND
Pourquoi prendre des risques ?, par B. Jolibert
Le risque, par Ph. Barrier
Prendre, subir et assumer les risques en santé. L'action du care capacitant, par Chr. Léonard
Déterminer la balance bénéfices / risques d'une intervention : pour chaque patient, par La revue Prescrire
Quand l'albatros se pose sur le pont du navire. Lorsque le jeune médecin est confronté au dilemme de l'éthique clinique, par R. Gueibe

EN PARTIQUE
PMA, ou le risque traqué, par J.-M. Debry, Y. Gillerot
Choix autonome et prise de risque : comprendre ce qui compte vraiment, par C. Bert
Un retour à domicile improbable, par D. Feyers

Editorial

Une juste approche de la place du risque dans le monde de la santé se situe probablement entre deux extrêmes, l'un qui encouragerait à la prise de risque délibérée, irraisonnée, l'autre qui revendiquerait une médecine sans risque, absolument sécurisée. La première option - tout le monde en conviendra - est absurde. Tour le monde ? Pas vraiment. Par exemple, le neurochirurgien italien Sergio Canavero et le chirurgien chinois Xiaoping Ren projettent de greffer une tête - celle d'un patient russe de 31 ans, atteint d'une maladie neurodégénérative - sur un autre corps. Aussi bien les deux médecins que le patient sont prêts à courir le risque de cette opération insensée à 10 millions  de dollars. On en tirera deux enseignements. 

Lire la suite de l'éditorial

Back to Top