52-La chirurgie

La chirurgie
€ 14,00
Frais d'envoi inclus

Table des matières

EDITORIAL, J.-M. Longneaux
AU FOND :
Postures guerrières de la médecine, M.-Chr. Pouchelle
Travail d'équipe et/ou judiarisation de la pratique clinique en salle d'opération, L. Michel
Chirurgie cardiaque et population âgée. Regard d'un chirurgien sur ses pratiques, M. Buche
De la leucotomie à la stimulation électrique profonde : aspects historiques et éthiques de la psychochirurgie, J.-N. Missa
Le chirurgie et l'intensiviste : proposition pour un partenariat constructif, L. Gillard
Les relations entre médecins généralistes et chirurgiens au sein d'un système complexe, Cl. Rougeron
TEMOIGNAGES :
Patient cherche chirurgien
Un regard (affûté) sur l'art chirurgical, J.-M. Debry
Le chirurgien et la démarche palliative, F. Liber
HORS THEME : Dispositifs de soutien psychologique pour les professionnels dans les institutions hospitalières pédiatriques. Etat des lieux, B. Minguet
RECENSIONS : G.-N. Fischer, L'expérience du malade. L'épreuve intime
'Médecine et anthropologie', Corpus, Revue de philosophie, centre d'études d'histoire de la philosophie moderne et contemporaine

Editorial

L'histoire de la chirurgie est presque trop belle. Durant le moyen-âge, ceux qui pratiquaient des actes chirurgicaux ne pouvaient appartenir à la caste des médecins : répandant le sang, ils en étaient indignes. Ce sont dès lors des barbiers, bourreaux à leurs heures, qui officiaient. Sur ordre des médecins, ils accomplissaient les « basses œuvres », en incisant, saignant, etc. En 1686, une royale fistule anale redora le blason de ces praticiens de l’ombre : après avoir tout tenté, Louis XIV est soulagé grâce à l’intervention de Felix Tassy, chirurgien de son état. Avec le soutien du roi, une chaire de chirurgie pourra voir le jour. Et bientôt, cette discipline sera enseignée aux futurs médecins. C’est le début de la reconnaissance et de la gloire en France et à l’étranger.

Lire la suite de l'éditorial

Back to Top