UNESSA décrypte l'actualité

Dans le cadre des réformes hospitalières et budgétaires qui impactent le secteur, UNESSA décrypte certaines idées reçues...


Le Budget 2018 des soins de santé est favorable aux hôpitaux

Ce lundi 2 octobre, le Comité de l’assurance de l’INAMI a voté la proposition budgétaire qui sera transmise au Gouvernement.

On entend

« Le budget 2018 des soins de santé est favorable aux hôpitaux. »

Vraiment ?

UNESSA décrypte
 
Le contexte 
Depuis plusieurs années, le contexte budgétaire impose aux autorités une affectation maîtrisée des moyens publics.
Cet état de fait se vérifie lors de l’élaboration annuelle du budget des soins de santé, qui doit tenir compte du cadre budgétaire pluriannuel (fixé en 2014 par le gouvernement fédéral) ainsi que d’une projection des dépenses des secteurs concernés.
Sur cette base est proposée une répartition des efforts entre les différents sous-secteurs des soins de santé (budget de fonctionnement des hôpitaux, honoraires médicaux, fournitures pharmaceutiques, kinésithérapeutes, soins à domicile, …).
En parallèle, de nouvelles initiatives peuvent être également financées.
 
La nouvelle procédure budgétaire nécessite une majorité sur le banc des organismes assureurs et sur celui des prestataires. Prenant leurs responsabilités, les différents acteurs se sont mis d’accord pour proposer au Gouvernement un cadre budgétaire réaliste, où chacun contribue équitablement à l’effort à consentir pour 2018.
Il s’agit d’un signal fort ! Mais qui ne doit pas occulter la fragilité financière du secteur hospitalier. 
 
La toute récente étude MAHA[1], qui porte sur l’activité et les résultats 2016 du secteur hospitalier, montre que la situation ne s’améliore pas. Au contraire, de plus en plus d’hôpitaux voient leur résultat courant (en d’autres termes, le bénéfice de l’année) diminuer. Un hôpital sur trois termine encore l’année dans le rouge.
 

BudgetMaha.png
Etude Maha 2016, Belfius 2017
 
Pourtant, 2016 a été une année où le secteur hospitalier a été relativement “épargné” par les mesures d’économies imposées au budget des soins de santé. 
2017, par contre, a été d’un tout autre ordre : plus de 200 millions d’€ d’économies ont concerné directement le secteur hospitalier. Or, l’étude MAHA 2016 montre que le résultat courant de l’Hôpital Belgique est inférieur à 100 millions d’euros. Cela fait craindre de très grosses difficultés pour l’année en cours.
Dans les faits, il y a toujours un effet retard avec les mesures d’économies prises dans le cadre du budget des soins de santé.
 
Pour que notre système de santé reste l'un des plus accessibles et des plus appréciés d’Europe, UNESSA réclame toujours au gouvernement un pacte de stabilité budgétaire pour une période de 5 ans! 
 
UNESSA est bien consciente de la nécessité de voir évoluer le secteur mais elle souhaite une réforme réaliste et humaine, par étapes. UNESSA souhaite obtenir la clarté sur les modalités, les objectifs, les échéances afin de lever toutes les incertitudes qui entourent encore le plan de réforme hospitalier du gouvernement fédéral.
 
UNESSA estime que cette réforme doit garantir le maintien de la qualité de l'offre et du service au patient, mais aussi l'équilibre financier d'institutions toujours plus fragilisées. 


UNESSA maintiendra l’attention sur ces différents points dans les prochains mois.


[1] Plus de 20 ans d’analyse sectorielle des hôpitaux généraux en Belgique : Etude MAHA 2017 : https://www.belfius.be/publicsocial/FR/Expertise/Etudes/SocialProfit/index.aspx 
 

Back to Top